Aller au contenu principal
derfj

(Banque africaine de développement) - A Ndiemou, dans la région de Fatick, Marie Diouf (photo) a fait de la production de sel sa principale source de revenus. « Par le passé, je produisais environ 896 tonnes de sel par an. Aujourd’hui, grâce au financement de la Délégation générale à l’entrepreneuriat rapide (DER), j’ai pu faire des aménagements dans mon champs de sel, acheter des motopompes et avoir un fond de roulement », raconte Marie, surnommée « La Reine du sel ».

Avec plus de 1 500 tonnes produites cette année, elle a quasiment doublé sa production. « La DER m’a mis en rapport avec ses partenaires qui transforment le sel afin de m’assurer de pouvoir écouler ma production pour que je n’aie plus à m’inquiéter des invendus », rassure la salicultrice de 43 ans.

Horticultrice dans la Société d’intensification de la production agricole (SIPA) de Thiambe à Matam, Aminata Diallo et ses associées ont aussi obtenu des ressources pour exploiter leurs parcelles. « Nous avons pu bénéficier d’un financement de la DER pour notre fonds de roulement afin d’acheter des intrants pour la culture du gombo principalement et de produits phytosanitaires. Nous avons effectué deux campagnes et exporté une partie de nos récoltes à l’international », se réjouit Aminata.

 

Agenceecofin : Lire tout l'article